Vous pensez être hypersensible ? 30 % de la population mondiale le serait. Est-on pour autant hypersensible parce qu’on ressent fortement des émotions ? Faisons le point.

L’hypersensibilité n’est pas une maladie

"L’hypersensibilité est parfois confondue avec des pathologies comme les troubles anxieux, les troubles de la personnalité borderline, les dépressions, ou les troubles de l’humeur", explique Nathalie Clobert, psychologue clinicienne et hypnothérapeute. La traduction que nous avons faite de l’expression américaine «  high sensitive person » y est sans doute pour beaucoup. Le préfixe « hyper » exprime l’excessif, le hors norme. La traduction littérale « personne à sensibilité élevée » serait plus juste et éviterait bien des amalgames : « L’hypersensibilité est un concept récent qui n’existe pas dans les manuels de psychiatrie, poursuit Nathalie Clobert, car ce n’est pas un trouble, mais une caractéristique de la personnalité. L’hypersensibilité est simplement une plus grande sensibilité de la personne aux stimulations extérieures. »
La psychiatre, Aurélia Schneider, précise : «  Quand on est anxieux, ou déprimé, les émotions de peur ou de tristesse sont exacerbées. Dans la sensibilité élevée, la tonalité émotionnelle porte sur toutes les émotions, qu’elles soient positives ou négatives, au contraire de la dépression très sensible aux émotions négatives. Et l’apparition de la sensibilité du dépressif est récente. Or, dans l’hypersensibilité, c’est une attention ancienne, en général depuis l’enfance. »

Un handicap dans les relations sociales

À une même stimulation, la majorité des gens réagit plus ou moins de la même façon. Ceux qui réagissent plus fortement sont dits plus sensibles. L’hypersensibilité se manifeste par une porosité à l’environnement, une grande capacité à percevoir l’état émotionnel des autres et une forte empathie. Les hypersensibles réagissent particulièrement aux sons, aux odeurs, à la lumière, aux images de cinéma… non parce qu’ils auraient des sens plus développés que les autres, mais parce qu’ils portent une attention plus forte aux changements de leur environnement. Leurs «  relations sociales sont parfois perturbées par le décalage de vécus, ajoute la psychologue. Une chose anodine pour les autres, va être plus saillante pour une personne hypersensible. Beaucoup d’hypersensibles se camouflent », parce qu’ils se sentent différents, ce qui génère en eux culpabilité et anxiété.

Un avantage au niveau des capacités d’adaptation

Si l’hypersensibilité n’est pas une pathologie, elle est cependant visible dans le cerveau, explique Sébastien Bohler, docteur en neurosciences. « Des publications scientifiques démontrent que certaines zones cérébrales sont plus réactives chez les personnes à haute sensibilité. En particulier les zones associées à la perception viscérale des émotions, à la planification des actions, ou à la douleur. »
« Une part non-négligeable des grandes sensibilités (47 %) s’expliquerait par l’hérédité », poursuit le chercheur. Si elles sont ainsi conservées au fil des générations par la sélection naturelle, c’est donc qu’elles présentent un avantage adaptatif," conclut Evan Giret, doctorant en psychologie à l’université de Lorraine.

Nous l’aurons compris, ce trait de caractère est souvent mal perçu par l’entourage et inconfortable à vivre pour les hypersensibles. Pourtant, « L’empathie, c’est la définition même du vivant. Ce trop-plein d’émotions ne fait pas d’eux des êtres fragiles, mais des êtres profondément humains  » affirme Anne Landry, psychothérapeute.

Sources :
The conversation le 03/05/2022 : Être hypersensible, un avantage ou un inconvénient ? par Evan Giret
France Inter le 03/03/2022 : Non, l’hypersensibilité n’est pas une maladie
Anne Landry : L’hyperempathie : révéler ce don extraordinaire et le développer, éd. Tredaniel